RAPPORT DU TROISIEME FORUM SOUS REGIONAL DES ADDAD 2019

11 septembre 2019, par Aicha

TROISIEME FORUM SOUS REGIONAL
DE L’ASSOCIATIONPOUR LA DEFENSE DES DROITS DES AIDE-MENAGERES (ADDAD)

Lieu : Ecole Régionale d’Agriculture du sud (ERA SUD), Bingerville.
Date:11 et 12 avril 2019

REMERCIEMENTS

L’Association pour la Défense des Aide-ménagères (ADDAD) et la plateforme nationale de la Convergence Globale des Luttes pour la Terre et l’Eau en Afrique de l’Ouest (CGLTE-AO), adressent leurs sincères remerciements à tous les partenaires qui ont rehaussé de leur présence et contribué à la réalisation effective du troisième Forum sous-régional, en particulier :

-  La FJS (Fondation pou la Justice Social) qui a délégué, en plus de tout ce qu’elle a fait, une représentante en la personne de Madame Rosalie MEZIEN ;
-  Madame LY RAMATA BAKAYOKO Ministre de la famille, de la femme et de l’Enfant, représentée par Madame KOUAME Philomène Directrice de l’Action Communautaire dudit Ministère, pour avoir accepté de parrainer ce forum et pour sa contribution effective.

-  La Secrétaire d’Etat chargée des Droits de l’homme, Mme Aimé ZEGBEYOUX représentée par son chef de Cabinet Mr NIAVA Bogui ;
-  Monsieur TOUNKARA Adama, Grand MEDIATEUR de la République, représenté par Madame KOUAKOU Olga ;
-  Monsieur Massa KONE, porte parole de la Convergence Globale des Luttes pour la Terre et l’Eau en Afrique de l’Ouest (CGLTE-AO),
-  Monsieur le député d’Abobo, Monsieur KONE Theffou.
-  Le BICE, représenté par Mr SOKOU Romaric.

Ces deux structures expriment leur profonde gratitude à tous les participants et à tous ceux qui ont contribué directement ou indirectement à la réussite de cette rencontre internationale.

INTRODUCTION

Du 11 au 12avril 2019, l’Association pour la Défense des Droits des Aide-ménagères (ADDAD) a tenu son 3èmeForumSous régional à l’Ecole Régionale d’Agriculture du SUD (ERA SUD) à Bingerville, autour du thème :

«  La Migration et le travail domestique dans les Etats de la CEDEAO : Quelles politiques de protection ? ». 400 participants issus des organisations membres d’ADDAD de 6 pays de la sous-région (Mali, Burkina, Togo, Bénin, Côte d’Ivoire et Guinée Conakry), des invitées du Sénégal et de la Mauritanie, mais aussi des représentants d’Institutions nationales et internationales et des ONG ont pris part à ces travaux.

Les listes de présence sont jointes en annexe. Le Forum s’est déroulé en trois moments à savoir la cérémonie d’ouverture, les actes des panels et la cérémonie de clôture.

CEREMONIE D’OUVERTURE

La cérémonie d’ouverture qui a marqué le début des activités du forum a été ponctué par des allocutions.
Les allocutions
Le premier intervenant fut le point focal de la plateforme nationale de la CGLTE-AO, madame ZEHI Pauline.

Elle a salué les participants(es) et a insisté sur le travail que la convergence dont ADDADCI est membre pour la défense des droits l’homme surtout des Aides ménagères et Domestiques.

Suite à son intervention, la présidente de l’ADDAD Cote d’Ivoire, Mademoiselle COULIBALY Yeti Awa dans son allocution a remercié les participants de façon générale, et elle a surtout mis un accent particulier sur la présence des autorités qui ont répondu effectivement à son invitation.

En plus, elle a révélé que les aides ménagères sont des piliers dans les familles et contribuent énormément au développement économique de la société, elles vivent dans des conditions déplorables dans les zones urbaines et leurs droits sont très souvent bafoués. Elle a aussi relaté les actions menées par l’ADDAD Cote d’Ivoire pour la sensibilisation de la communauté.

Le défi de l’ADDAD à s’étendre dans toutes les régions de la cote d’Ivoire est d’actualité. Enfin elle a lancé un appel aux autorités à faire respecter les droits des aides ménagères dans l’espace CEDEAO et en Afrique.

La représentante de l’ADDAD sous régionale, Mademoiselle Sitan FOFANA a, dans son intervention rappelé l’historique de la création de l’ADDAD, son extension dans les autres pays : En effet ADDAD existe aujourd’hui dans 6 pays que sont la Cote d’Ivoire, le Mali, le Burkina Faso, le Benin, le Togo, et la Guinée Conakry. Bientôt se sera au tour du Sénégal et de la Mauritanie d’emboiter le pas.

Elle a aussi rappelé que la principale cause de la migration des filles est la violence à laquelle elles sont confrontées du fait de la non reconnaissance de leurs droits dans leurs milieux d’origine.

La représentante sous régionale des ADDAD a aussi rappelé l’engagement et la détermination de ses structures à mener la lutte dans la solidarité au plan sous régional pour la reconnaissance de leurs droits et surtout pour la ratification de la convention 189 de l’OIT.

Elle a terminé son intervention en lançant un appel aux autorités afin que celles-ci s’investissent pour l’amélioration des conditions de vies et de travail des aides ménagères d’une part, pour soutenir la ratification de la convention 189 de l’OIT dans tous les états de la CEDEAO d’autre part.

La secrétaire d’Etat chargés des droits de l’Homme en Côte d’Ivoire a été représentée par son chef de cabinet M. NIAVA Bogui. Il a salué l’initiative des ADDAD à se réunir pour défendre leurs droits.

Il a rappelé la nécessité du respect des droits avec ce que cela implique. Il s’est engagé à faire du respect du droit des aides ménagères une priorité au sein de sa structure. Enfin, il a encouragé les ADDAD à continuer la lutte dans la solidarité et dans l’Union.

Madame KOUAME Philomène représentante de la ministre de la famille, de la femme et de l’enfant marraine, dans son discours d’ouverture exprimé sa joie de la tenue du forum et a affirmé l’engagement du gouvernement pour la défense des droits des aides ménagères. Elle a demandé à la Présidente de ADDAD CI de lui faire parvenir les recommandations de ce 3ème forum pour usage utile. Elle a ensuite ouvert les travaux du 3ème forum.

AXES DES PANELS

Les actes des panels qui étaient le cœur du Forum Sous régional ont été articulés autour des communications, des travaux de groupe et de la plénière.
A. Les communications
1. Communications du panel1

Le premier panel qui a eu pour thème « quels sont les enjeux de la mise en œuvre de la Convention 189 de l’OIT ? » était animé par un émissaire du Bureau International du Travail (BIT) en la personne de Mme MORENO FONTES Gloria. Elle a dans un premier temps parcouru et expliqué tous les articles de la Convention 189 de l’OIT.

Elle a aussi informé les participants sur les mécanismes de ratification de cette Convention.
Quand à Mlle ABA Tino de la Guinée Conakry, 2eme personne à intervenir sur ce sujet, elle a parlé de l’application de la C189 de L’OIT déjà ratifiée dans son pays. Mais l’ignorance de la Convention par les aide-ménagères de la Guinée Conakry est un handicap à son application.

Elle a terminé en faisant une doléance auprès du BIT pour le suivi et l’application effective de la C.189 de l’OIT.

Le débat a été ouvert avec des questions telles que : Quels sont les mécanismes que le BIT a mis en place pour la ratification de la C189 ? Et comment le BIT peut accompagner les Etats ?
Il faut retenir qu’il est important de se mettre en syndicat pour faire avancer les plaidoyers pour la ratification de la C189 dans les différents pays

2. Communication du panel 2
Le 2eme panel qui a été animé par Monsieur SOKOU Romaric du BICE et les représentantes des ADDAD des différents pays : Mali ; Burkina Faso, Bénin, Togo et la Côte d’Ivoire sur le thème : « Etat des lieux de la migration et travail des aide-ménagères au niveau de la Côte d’Ivoire et de la Sous-région ».
Lors des différentes interventions il est ressorti que la migration des jeunes filles prend de plus en plus de l’ampleur. Cette situation se justifie par la pauvreté qui est plus accentuée chez les filles que chez les hommes. En plus elles ont évoqué la persistance des conflits intercommunautaires, les mariages précoces et forcés et la déscolarisation qui accentuent la précarité de cette couche sociale.
Au mali l’ADDAD a beaucoup œuvré pour qu’il y ait des contrats entre les aides ménagères et les employeurs.
Le deuxième sous thème a porté sur « quelle politique nationale de protection des aides ménagères ? ». Ce sous thème a été présenté par la représentante de la ministre de la famille, de la femme et de l’enfant qui a projeté des diapositives sur les principales missions de son ministère dans la politique de protection de la femme et de l’enfant et sur les droits des travailleuses domestiques. Par ailleurs elle a évoqué les sanctions qui sont appliquées en cas de leur violation. Notamment les emprisonnements et les amendes.

3- communication panel 3
La première communication présentée par : Mme CECILLE POHOUNI de L’Association des Femmes Juristes de Côte d’Ivoire (AFJCI) a porté sur le thème : « Quelles solutions durables envisager pour la protection des droits des Aide-ménagères ? ». Il en ressort que les Aide-ménagères et Domestiques ont des Droits fondées sur les instruments juridiques de protection que sont :
-  La Constitution du 08 Novembre 2016 qui prescrit que tout citoyen à des Droits et rémunération équitable.
-  Le Code du Travail qui prévoit les Droits à tout employé.
-  La Convention Collective du 19 Juillet 1977.
-  Le Code Pénal qui prévoit aussi la protection des Aide-ménagères et, pour elles, il faut parcourir tous ces textes afin de dégager leurs Droits.
-  Les Droits des Aide-ménagères existent pendant et après la période de leur travail et même après leur décès afin de faire bénéficier les ayants droits.
L’on retient de son intervention que selon le Codedu Travail les Aide-ménagères et Domestiques ont :
* droits à un salaire fixe de 60.000 FCFA au moins.
* Droit à la Couverture Sociale.
* Droit à une limitation du temps de travail qui ne peut dépasser 56 heures/semaine.
*Droit à une protection contre les abus (harcèlement sexuel et moral).
*Droit à un congé et payé.

  • Droit à la gratification.
    * Droit à l’allocation social en cas de maladie.
    * Droit au militantisme syndical (peuvent être membres d’un syndicat).
    * Droit à son salaire en cas de rupture de contrat de façon imprévue.
    * droit à une pension en cas de retraite, selon l’article 6 du Code de la Prévoyance Sociale, si elle est déclarée.
    Cependant la Communicatrice a fait remarqué que ces Droits qui existent sont méconnus et parfois bafoués par l’employeur. Alors il est urgent de penser à des mécanismes qui favorisent la protection des Droits des Aide-ménagères et Domestiques.
    A partir de ce constat, elle a formulé, (à l’endroit des autorités) les propositions de solutions suivantes :
    - faire en sorte que la Convention 189 de l’OIT et ses dispositions, soient inscrites dans l’ordonnancement juridique des textes des Etats de la CEDEAO.
    - faire signer une Convention entre les Employeurs et les Aide-ménagères.
    - Prévoir des visites inopinées dans les maisons qui emploient les Aide-ménagères.
    - Prendre des textes réglementaires pour encadrer l’activité des Agences de Placement des filles de ménage dites « servantes ».
    - Créer dans les Commissariats des cellules de suivi des plaintes des Aide-ménagères.
    - Former les Aide-ménagères sur l’entretien des maisons.
    - promouvoir les synergies d’actions entre les Etats pour prévenir les abus.
    - accentuer les actions pour scolariser les jeunes filles.
    - Former les jeunes filles sur les rudiments de l’entrepreneuriat.
    Au cours des échanges, Mme CECILLE POHOUNI a fait le point des activités menées par son association afin de défendre les Droits des Aide-ménagères : Ces actions sont marquées par la sensibilisation des Aide-ménagères sur leurs Droits et la visite de la clinique juridique à l’endroit spécifique des Aide-ménagères.
    En plus des activités menées par l’AFJCI, les Participants ont souhaité que la thématique Droit des Aide-ménagères soit intégrée dans les activités des Femmes Juristes.
    Comme recommandations, il a été préconisé l’initiation d’un programme de renforcement des capacités des Aide-ménagères sur les Droits des femmes.
    Ensuite il faut faire un plaidoyer pour réglementer les travaux non qualifiés et protéger les Aide-ménagères.
    Enfin il faut intégrer les contrats formels entre Employeurs et Aide-ménagères.
    Le sociologue BESSIE Roland, membre de la LIDHO a entretenu les participants sur le thème « quelles sont les obstacles à l’adoption de lois et textes réglementaires claires et précis valorisants le travail des aide-ménagères ? »
    Il a informé l’auditoire que selon une enquête de l’INS en 2013 -2014, les « servantes » représentent 64,3% des enfants travailleurs en Côte d’Ivoire. Il a révélé qu’en dehors des textes de lois, les « normes sociales » qui ne sont écrites nulle part, sont à prendre en compte si l’on veut faire reconnaitre les droits des aide-ménagères.
    4- Communication Panel 4
    La Communication a été présentée par : Mme Chantal AYEMOU, Présidente du Réseau Ivoirien de Défenses des Droits des Enfants et des Femmes (RIDDEF) sur le thème « état des lieux de la situation des travailleuses domestiques en Côte d’Ivoire ». Elle s’est appuyée sur l’enquête que son organisation a menée sur les conditions de vie des Aide-ménagère et Domestiques en 2014sur un échantillon de 500 personnes :
    -  23% sont des mineurs (moins de 18 ans) ;
    -  24% de victimes d’abus sexuel ;
    -  45% travaillent sans repos ;
    -  Leur salaire moyen est de 23.000 FCFA. (Inférieur au SMIG en Côte d’Ivoire)  ;
    -  75% de ces filles sont non scolarisées ;
    -  seulement 1500 Domestiques sur des dizaines de milliers qui ont été déclarées à la CNPS et la majorité des personnes qui déclarent leurs Domestiques sont des expatriés.
    A la suite de cette enquête, 350 Aide-ménagères et Domestiques ont été formées sur les travaux ménagers par 3 organisations.
    Des solutions ont été envisagées pour améliorer les conditions de travail des Aide-ménagères à savoir :
    -  Elaboration d’un Projet de loi sur la réglementation du travail domestique ;
    -  Mise en place d’un système juridique relatif aux Droits des travailleuses domestiques ;
    -  Mise en place du syndicat National des travailleuses domestiques ;
    -  Mis en place de la plateforme des acteurs du secteur du travail domestique ;
    -  Plaidoyer auprès des institutions (Assemblée Nationale, SENAT, Ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, CNPS) ;
    B. Les travaux de groupe par pays
    Pour mieux dégager les grands axes d’action du prochain plan stratégique des ADDAD, des travaux de groupe se sont déroulés par paysen vue de dégager des réflexions locales claires.

a. La plénière

A l’issue des travaux de groupeet de la plénière, des recommandations ont été adoptées :
1. Scolariser obligatoirement les jeunes filles et créer les conditions de leur maintien à l’école jusqu’à l’âge de la majorité.
2. Rendre gratuite l’école au primaire pour tous et au secondaire pour les pauvres.
3. Sensibiliser les parents pour la scolarisation des filles.
4. Renforcer la capacité des aide-ménagères sur leurs droits
5. Sensibiliser les employeurs sur les droits des aide-ménagères.
6. Créer suffisamment de centres de formation qualifiante
7. ratifier la convention 189 de l’OIT ( tous les Etats de la CEDEAO)
8. Vulgariser les lois de protection et de défense des aide-ménagères
9. créer dans les écoles des centres de formations pratiques.

CEREMONIE DE CLOTURE

Le rideau s’est fermé sur la troisième Edition du Forum des ADDAD en Côte d’Ivoirew 2019 à 16h45 mn par la cérémonie de clôture marqué par des allocutions :
- de remerciements et d’engagement de la Représentante de la Marraine,
- des autorités administratives,
- du point focal de la Convergence Globale des Luttes pour la Terre et l’Eau en Afrique de l’Ouest (CGLTE-AO) ,
- de la présidente de l’ADDAD CI,
- des présidentes des autres ADDAD
- et enfin du Secrétaire Général de l’ADDAD Mali.

CONCLUSION
Les participants à ce forum ont mis à profit ces deux jours de rencontre et d’échanges pour rechercher effectivement les voies et moyens pour faire adopter des textes réglementaires qui garantissent les droits des aide-ménagères, les vulgariser et veiller à leur application sur le terrain.
Les travaux se sont déroulés dans une ambiance de gaieté, ponctués par des sketches et des ballets bien orchestrés par les filles des différentes ADDAD.

DECLARATION DU FORUM SOUS REGIONAL DES ADDAD
Nous, aide-ménagères et domestiques venant des Associations de Défense des Droits des Aide-ménagères et Domestiques (ADDAD) du Benin, Burkina-Faso, Guinée- Conakry, Mali, Togo, Côte d’Ivoire ainsi que des délégations du Sénégal et de la Mauritanie, des associations et ONG engagées, autorités, œuvrant dans le domaine de la protection et la défense des enfants, de la femme en général et des Aide-ménagères en particulier,réunies à Bingerville en Côte d’Ivoire les 11 et 12 avril 2019 dans le cadre de la troisième édition du Forum sous régional des ADDAD sous le thème : « Migration et travail domestique dans les Etats de la CEDEAO, quelles politiques de protection ? ».

Nos débats ont porté entre autres, sur l’état des lieux de la migration et du travail des aide-ménagères, les politiques nationales de protection en la matière, les enjeux de la mise en œuvre de la Convention 189 de l’OIT et de sa ratification par nos pays.
Les réflexions se sont portées également sur les obstacles à l’adoption et la mise en œuvre des textes législatifs clairs et précis, ainsi que des solutions durables pour la protection des aide-ménagères et domestiques.
De ces échanges, il ressort que les aide-ménagères dans les 8 pays présents à ce forum sont confrontées aux mêmes problèmes. En majorité, analphabètes, les aide-ménagères sont pour la plupart des filles mineures de 9 à 18 ans qui partent de leur village pour des raisons économiques et sociales pour travailler dans les grandes villes. Elles subissent souvent les pires formes de maltraitances et d’abus de pouvoir de la part des employeurs (ses).
Entre autres on peut citer des sévices corporels, la stigmatisation, les viols, les exploitations sexuelles voire des emprisonnements arbitraires.
Les conséquences de ces violations de droits humains impactent négativement ces filles.
Au regard de ce qui précède et du rôle très important que nous jouons dans la cohésion des foyers,
Nous exigeons :
-  La reconnaissance effective du travail domestique à part entière comme tout autre travail ;
-  L’interdiction de toutes formes de stigmatisations à l’endroit des aides ménagères spécifiquement les filles mères ;
-  L’établissement d’un contrat de travail entre l’employeur et l’Aide-ménagère ;
-  L’adoption d’un code de travail spécifique aux Aide-ménagères.

Nous recommandons :
-  la ratification et la mise en œuvre effective de la Convention 189 de l’OIT par nos gouvernements ;
-  la scolarisation obligatoire des jeunes filles et la création de conditions pour retenir les jeunes filles à l’école jusqu’à l’âge de travailler ;
-  l’alphabétisation des aide-ménagères ;
-  la sensibilisation sur les mécanismes permettant aux aide-ménagères de dénoncer les auteurs des violations des droits humains dont elles sont victimes ;
-  la mise en place des systèmes d’accompagnement et d’assistance spécifiquement aux Aide-ménagères ;
-  la sensibilisation des parents, des autorités religieuses, policières et judiciaires pour le respect de l’âge légal du travail des filles ;
-  la création d’une cellule au sein des commissariats pour le suivi des plaintes ;
-  la mise en place et ou le renforcement des syndicats de défense des Aide-ménagères au niveau national et sous régional ;
-  la formation au métier d’Aide-ménagères ;
-  la réglementation et le contrôle des agences de placement du personnel de maison.
POUR LA PROTECTION DES AIDE-MENAGERES, POUR CES FILLES LE PLUS SOUVENT MINEURES, NOUS DEVONS AGIR ET NOUS MOBILISER ! CHACUN, CHACUNE A UN ROLE A JOUER. IMPLIQUONS NOUS TOUTES ET TOUS : PARENTS, SOCIETE CIVILE, ASSOCIATIONS, AUTORITES ! NE GACHONS PAS NOTRE JEUNESSE, NOS FILLES ELLES SONT L’AVENIR DU PAYS !
NOUS AUSSI NOUS AVONS DES DROITS.
ANNEXES

TERMES DE REFERENCE DU 3eme FORUM SOUS-REGIONAL
DE L’ASSOCIATION POUR LA DEFENSE DES DROITS DES AIDES MENAGERES (ADDAD).

I. Présentation de l’ADDAD

L’Association pour la Défense des Droits des Aide-ménagères ADDAD est une organisation à but non lucratif, apolitique et non confessionnelle, initiée en 2009 et officiellement créée en 2012 par les aide-ménagères du Mali. Cette association vise à améliorer les conditions de vie, de travail des aide-ménagères et de mieux les protéger tous le long de leurs parcours migratoires. L’ADDAD est aujourd’hui présente dans six (6) pays de la sous-région (Mali, Burkina, Togo, Bénin, Côte d’Ivoire et Guinée Conakry). L’ADDAD Sous Régionale dans son entièreté compte aujourd’hui plus de 5000 filles travailleuses domestiques.

II. Contexte et justification

Au cours de cette dernière décennie, on assiste à une prolifération du travail des aide-ménagères ou domestiques dans les centres urbains. Ce phénomène se traduit par l’emploi dans les ménages de filles venant des zones rurales et des pays voisins. Elles sont communément appelées « bonnes » ou « servantes ». Les activités domestiques qu’elles mènent sont dans l’informel créant ainsi un flou, un obstacle au travail décent dans ce secteur d’activité. En effet, les filles domestiques travaillent dans des conditions précaires, avec une rémunération misérable qui atteint difficilement la moitié du Salaire Minimum Garanti (SMIG). Ces aides ménagères et domestiques n’ont pas de tâches clairement définies par leurs employeurs. Elles n’ont pas de temps de travail fixe. Elles n’ont pas de jour de repos hebdomadaire encore moins un congé annuel. Toutes ces situations d’exploitation violent les droits de ces filles domestiques.
Cela malgré la ratification des différentes conventions notamment la Convention Internationale relative aux Droits de l’Enfant (CIDE), la Charte Africaine des Droits et du Bien Etre de l’Enfant (CADBEE), la Convention sur l’Elimination de toutes les Formes de Discrimination à l’Egard des Femmes (CEDEF) par nos Etats et les accords bilatéraux Mali-Cote d’Ivoire, Mali Guinée, Mali Burkina-Faso portant sur la traite des enfants. Nonobstant les multiples efforts déployés par les organisations de la société civile pour la protection, la défense des droits humains, l’existence des politiques et stratégies nationales pour la protection ainsi que la promotion de l’enfant et de la femme, la situation des filles aide-ménagères et domestiques reste très préoccupante.
Il s’avère donc nécessaire qu’à l’instar de la Guinée Conakry, les autres pays de la CEDEAO ratifient la Convention 189 de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) relative à un travail décent aux travailleurs domestiques et qui favorise le respect intégral des droits des travailleuses domestiques.

Dans le but d’offrir à ces filles domestiques un espace commun d’échanges, de réflexions et d’actions pour leur protection et le respect de leurs droits, ADDAD-CI organise la troisième édition du Forum sous régional des aide-ménagères après le Burkina Faso en 2017 et le Mali en 2018, en collaboration avec ces paires du Mali, du Burkina Faso, du Togo, Bénin et Guinée Conakry sous le thème : « Migration et travail domestique dans les Etats de la CEDEAO, Quelles politiques de protection ? ».

III. Objectifs du forum

• Objectif général
‐ Contribuer à la protection et au respect des droits des aide-ménagères en Côte d’Ivoire en particulier et dans l’espace CEDEAO en général.

• Objectifs spécifiques :

‐ Sensibiliser les autorités ou décideurs, les leaders communautaires sur le contenu de la convention 189 de l’OIT ;
‐ Partager les expériences entres sociétés civiles sur les stratégies à mettre en place pour amener les gouvernants à ratifier la convention 189 de l’OIT ;
‐ Elaborer un plan d’action opérationnel à partir des recommandations formulées.

• Résultats attendus :
• les autorités et les leaders communautaires sont sensibilisés sur le contenu de la convention 189 de l’OIT ;
• Sociétés civiles échangent leurs expériences sur les stratégies à mettre en place pour amener les gouvernants à ratifier la convention 189 de l’OIT ;
• un plan d’action opérationnel est élaboré à partir des recommandations formulées.

IV. Méthodologie :

Discours, présentations et échanges à travers des panels et des travaux de groupe, des sketchs, chants et témoignages. Propositions et recommandations à la fin des échanges après chaque communication.

Les six sous-thèmes ci-dessous seront abordés à travers deux panels :
1 Etat des lieux de la migration et des Aide-ménagères au niveau de la Cote d’Ivoire et de la Sous- Région.
2 Quelles sont les enjeux de la mise en œuvre de la convention 189 de l’OIT ? ;
3 Comment faire pour ratifier la Convention 189 ? : cas pratique de la Guinée Conakry.
4 Quelle politique nationale de protection des Aides ménagères en Côte d’Ivoire ? ;
5 Quels sont les obstacles à l’adoption de lois et textes règlementaires claires et précis valorisant le travail des aide-ménagères.
6 Quelles solutions durables envisagées pour la protection des droits des aide-ménagères. ?
7 Etat des lieux de la situation des Travailleuses Domestiques en Côte d’Ivoire.

Ces présentations seront suivies de débats et de travaux de groupes. Les résultats de ces travaux de groupes seront présentés en plénière pour l’adoption des meilleures résolutions et recommandations sur les aide-ménagères. Une déclaration finale sanctionnera le forum.

V. Participant-e-s :

Ce forum regroupera plus de 300 participant-e-s dont les aide-ménagères des quinze (15) pays de la sous-région, des employeurs et employeuses, des autorités politiques, administratives et coutumières, inspecteurs et contrôleurs de travail, inspecteurs de police, les organisations d’enfant et de jeunes, des magistrats, des mouvements sociaux, associations partenaires, des ONG nationales et internationales, Agences et organismes des Nations Unies, des médias.

VI. Date : 11 et 12 Avril 2019
VII. Lieu : Abidjan/ Bingerville/ERA-SUD ancienne école d’Agriculture

Liste des participants au Forum

N° Structures Nombre de place

1 Ministère de l’intégration africaine et des ivoiriens de l’étranger 01
2 Assemblée Nationale : Commission des Affaires sociaux culturelles 02
3 Commissariat de police de Bingerville 01
4 Président du tribunal de Yopougon 02
5 Député de Koumassi 01
6 Député d‘Abobo 01
7 Ministère de la promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille 02
8 Le garde des Sceaux, ministre de la Justice et des droits de l’Homme 02
9 Grande Médiature 02
10 Ministère de la Solidarité et de la cohésion sociale 02
11 Secrétariat d’Etat aux droits de l’homme 02
12 Conseil national des droits de l’homme 02
13 Ministère de l’emploi et de la protection sociale 02
14 Ministère de l’éducation nationale de la formation de base et de l’enseignement technique 02
15 Ministère de la Santé et de l’hygiène publique 02
16 Ministère des affaires étrangères 02
17 Ministère de la Jeunesse et de l’instruction civique 02
18 Chambre Nationale des Rois et Chefs traditionnels 02
19 Ministère de l’intérieur 02
20 ONU-FEMME 02
21 Ambassade Suisse 02
22 Ambassade de France 02
23 Institut National des Statistiques 02
24 Ambassade du Japon 02
25 Ambassade du Canada 02
26 PNUD 02
27 L’Union Européenne 02
28 UNICEF 02
29 Comité de lutte contre les violences faites aux femmes et enfants
PARTENAIRES Techniques et financiers 02
29 FJS 02
30 NO-VOX 02
31 Fondation MTN 02
32 Fondation Orange 02
33 Le District d’Abidjan 02
34 Fondation NSIA 02
35 Save the children 02
36 Fondation Raoul follereau 02
37 Maria rose mystica 02
38 Fondation Didier Drogba 02
39 Atef omaîs 02
40 Children of africa 02
41 Aman-international 02
42 Petroci 02
43 Banque atlantique 02
44 Fondation cissé Djiguiba 02
45 Mairie de Bingerville 02
46 Mairie d’Abobo
47 L’UVICOCI 02
48 Mairie de Bingerville 01
49 UNESCO 02
50 Inspection du travail 02
ONG ET SOCIETE CIVILE
51 RIDDEF 02
52 Village SOS d’Abobo 02
53 Association des femmes juristes de CI 02
54 CBM international afrique 02
55 Syndicat des aide-ménagères 02
56 Parlement des enfants 02
57 Parlement des jeunes 02
58 SOS femmes 02
59 DDE-CI 02
60 Plate forme nationale de la convergence globale des luttes pour la terre et l’eau 02
61 FIDH 02
62 COPAGEN 02
63 INADES 02
64 CSCI 02
65 LIDHO 02
66 CNDHCI 01
67 AFSA 02
68 POJE-CI 02
69 CLUCOD 02
70 ASMCI 02
71 ADDAD-MALI 05
72 ADDAD-CI 145
73 ADDAD-BURKINA FASO 05
74 ADDAD-BENIN 03
75 ADDAD-TOGO 03
76 ADDAD-GUINEE CONAKRY 01
77 ADDAD-GUINEE-BISSAU 01
78 MAURITANIE 01
79 SENEGAL 01
80 MAROC 01
81 BICE 02
82 SAPECI 02
83 CENTRE DJIGUIYA 02
84 L’Evèque de Yopougon 02
85 ASA 02
MEDIA et organes de communication
86 Radios nationales et de proximité (JAM, Nostalgie,onuci, 1ére, Fréquence2,paix, espoir, arc-en ciel, albayane,etc) 09
87 Journaux écrits (fratmat, notre voix, inter, soir info, le courrier, nouveau réveil, BBC Afr, RFI, expression, le temps) 12
88 Journaux en ligne (RAMED,eburnietoday, media for change, lepointsur.com) 02
89 Télé Nationale (RTI 1 et 2) 02
90 Comité d’Organisation 31
91 Lumière du monde
92 POSCA
Programme du Forum

Horaires Activités Responsables / Intervenants
Journée 1 – Jeudi 11 avril 2019
08h-8h30 Accueil et installation des invités Commission d’organisation
09h-9h45
Allocutions
Intervention du Maire de la commune Maire de Bingerville
Intervention du point focal convergence CI Mme ZEI PAULINE
Intervention présidente ADDAD Nationale ADDAD Ccoulibaly AWA
Représentante ADDAD Sous- Régional Sitan Fofana
Secrétaire d’Etat aux droits de l’Homme AIME ZEGBEYOUX
Sketch Jeunes filles Migrantes
Allocution de madame la Ministre de la famille, de la femme et de l’enfant LY RAMATA –BAKAYOKO
9H45 - 10H15 Pause café Commission d’organisation
10H15 - 11H15 PANEL1 : suivi d’échanges :
Sous thème 1 : « Etat des lieux de la migration et du travail des Aide-ménagères au niveau de la Cote d’Ivoire et de la Sous-région ».

BICE : M SOKOU ROMARIC
et ADDAD (Mali, Burkina, Benin, Togo, Guinée Conakry)
11H15 - 11H45 Sous thème 2 : Quelle politique nationale de protection des Aides ménagères en Côte d’Ivoire ? Ministère en Charge de la famille
11h45-13h00 PANEL 2 : suivi d’échanges :
Sous thème 3 : « Quelles sont les enjeux de la mise en œuvre de la convention 189 de l’OIT ? » ;

Sous thème 4 : « Quelle stratégies en cours pour faire ratifier la Convention 189 dans nos pays ? et quel résultat de la ratification par la Guinée »
BIT / OIT : Mme Moreno-Fontes Gloria

ADDAD (Mali, Burkina, Benin, Togo, Guinée)
13h00-14h00 Pause déjeuner CO
14h00-14h50 Travaux de groupe par pays (quelle stratégie pratique à considérer dans l’avenir pour réduire l’exploitation des travailleuses domestique). Participants
14h50-15h05 Pause café CO
15h05-15h35 Synthèse des exposés ADDAD Pays
15h35-16h35 Projection de film ADDAD
2EME JOURNEE vendredi 12 2019
8h30-9h récapitulatif du jour 1 Rapporteurs
9H05-10H35 PANEL 3 : suivi d’échanges :
Sous thème 6 : « Quels sont les obstacles à l’adoption de lois et texte réglementaires claires et précis valorisant le travail des aide-ménagères ».

Sous thème 5 : « Quelles solutions durables envisager pour la protection des droits des aide-ménagères. ? »
Bissie Roland (Sociologue)

Association des femmes juristes/AFJCI
(CECILE POHOUNI)

10h35 – 11h00 Pause café Commission d’organisation
11h00 – 12h00 PANEL 4 : Etat des lieux de la situation des travailleuses Domestiques en Côte d’Ivoire RIDDEF et Syndicat des Aide-ménagères
Mme Ayemou et ADDAD - CI
12h00 -12h40 Travaux de groupes (quelle stratégie adopter pour la ratification de la Convention et le statut des Aides ménagère en Afrique de l’Ouest) Participants
12h40-13h10 Restitution des travaux de groupe en plénière CO
13h10-14h00 Pause Déjeuner CO
14h00-15h00 Lecture et adoption de la déclaration du Forum Commission d’organisation
15H00 - 15h20 Ballet CO
15h20-16h00 Clôture du forum
-  Lecture de la Déclaration
-  Différentes allocutions
-  Discours de clôture

Maire de Bingerville

PATRIOTE DU 28 AVRIL 2019

• Abidjan
• Côte d’Ivoire/ Un forum sous régional pour apporter des solutions aux violences faites aux travailleuses domestiques
• Publié le 12/04/2019 dans AIP

Un forum sous régional des aides-ménagères tenu à Abidjan.
Abidjan, 12 avril (AIP) – Un forum sous régional des aide-ménagères s’est tenu à Bingerville pour apporter des solutions aux violences faites aux travailleuses domestiques dans l’espace de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). Ce forum,
organisé par l’Association pour la défense des droits des aide-ménagères et domestiques (ADDAD), avait pour objectif d’amener les autorités ivoiriennes et de la Cedeao à ratifier la convention 189 de l’organisation internationale du travail (OIT) relative à la défense du droit des travailleurs dont les aide-ménagères dans les domestiques, a justifié le chargé de communication de l’ADDAD, Gbely Séverin. Plusieurs panels ont meublé cette rencontre régionale à laquelle ont pris part des participants...

Laureate Prix fondation Stars

Agenda
Troisième édition du forum sous régional des aide-ménagères des ADDAD
Lieu :

Bingerville - Côte d’Ivoire

8 Mars : les ADDAD celebrent la Journée internationale des femmes
Lieu :

Mali, Burkina, Bénin, Guinée, Togo

Facebook
Twitter
  • Cras justo odio
  • Dapibus ac facilisis in
Partennaires
Liens utiles
  • uacdddd.org
  • africaconvergence.net
  • caravaneterreeau.info
Contact

Secrétariat
Quartier NIAMAKORO
Rue :173 ; Porte :146
BPE 17 98 Bamako - Mali
Tel : +223 63 36 41 30 / 20 72 42 54
Email :

Design : Mconcept